La coopétition: du « mais » au « et »

Dans notre dernière note, nous insistions sur le fait que la coopétition interne se construit, et qu’elle a besoin d’un environnement favorable. Mais quel est cet environnement et comment y contribuer ?

Premier élément sur lequel prêter attention : notre langage. Nous savons tous que nos mots ont un impact important sur le contenu de nos messages, mais le prenons-nous en compte suffisamment ? Nous savons tous que certaines expressions entraînent des réactions négatives et nous cherchons à les éviter. S’il y a un mot sur lequel il est particulièrement utile de porter toute notre vigilance, c’est le mot « mais ».

En général, nous avons l’habitude de dire : « Je suis tout à fait d’accord avec toi mais… » Ou encore : « Je t’apprécie beaucoup mais je n’aime pas quand tu fais cela… » Et si vous observez la réaction de votre interlocuteur quand vous utilisez ce mot, vous vous il faut se méfier des motsapercevrez qu’il se met sur la défensive. L’usage du « mais » invalide l’aspect positif de ce que nous venons d’exprimer – le « je suis d’accord », ou le « vous faites du bon boulot » – et nous place en situation d’opposition vis-à-vis de l’autre. Nous voulions rassurer, et nous menaçons !

Prenons l’habitude de remplacer « mais » par « et », aussi souvent que possible. Le « et » ne retranche pas, il apporte. Il n’y a plus opposition, mais deux réalités qui cohabitent. Lorsque nous rebondissons à partir des propos d’un autre avec le mot « et », il devient plus facile de chercher ensemble des solutions, de les « co-construire ».

Le « et » place en situation de partenariat : « Je suis d’accord avec toi et je voudrais également te préciser que… ». L’exercice peut paraître artificiel au début, mais ce petit truc, facile à appliquer, peut devenir un outil utile et enrichissant à titre personnel et pour notre environnement.

Share SHARE
Ce contenu a été publié dans Communications sociales, Coopétition, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.