De la coopétition externe à la coopétition interne

Dans l’environnement des entreprises, nous sommes habitués à penser en termes de compétition : pour pouvoir survivre dans le monde actuel, toute entreprise doit être compétitive. Pourtant, de plus en plus souvent, la réussite est le résultat de stratégies combinées de compétition et de coopération : c’est la coopétition.

Ce fut le cas pour le développement de la Peugeot 107, la Toyota Aygo et la Citroën C1 : PSA Peugeot Citroën et Toyota conclurent un accord pour concevoir ensemble certaines pièces qui seraient communes à leurs différents modèles et à moindre coût pour tous. A partir d’une élaboration en commun des technologies ils ont ainsi obtenu une réduction considérable des coûts de mise sur le marché de leurs trois voitures concurrentes. Cette approche a également été très souvent utilisée dans les industries aérospatiales et aéronautiques, quand les investissements sont lourds, mais également dans les industries innovantes, quand les changements sont rapides.

Le mot coopétition vient de la théorie des jeux: il a pour but de mettre en évidence ces situations, communes et pourtant peu valorisées, dans lesquelles le résultat de la collaboration entre 2 joueurs en compétition sera supérieur à celui qu’ils auraient pu obtenir par une attitude classique de compétition. Il s’agit de remplacer les attitudes de type « gagnant-perdant » (l’un remporte tout et l’autre rien) par des attitudes « gagnant- gagnant » (tous les adversaires gagnent quelque chose).

En général, les stratégies de coopétition ne visent qu’à développer un avantage concurrentiel. Notre approche de « coopétition interne » aspire à généraliser cette approche à l’ensemble du fonctionnement des entreprises. 

Il ne s’agit pas de demander à nos équipes de se transformer en collaborateurs dévoués travaillant les uns avec les autres dans un consensus mou, mais de trouver, à tous les niveaux, le bon équilibre entre compétition et coopération. Un équilibre dynamique et sain.

Comment y parvenir ? En mettant en évidence des intérêts communs et des challenges stimulants, dans lesquels tous se retrouvent et aient envie de mettre en œuvre leurs compétences et leurs talents. En créant, dans le même temps, un environnement relationnel, managérial et RH  qui leur permette d’y parvenir.

Share SHARE
Ce contenu a été publié dans Coopétition, Management. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à De la coopétition externe à la coopétition interne

  1. Ping : Towards internal coopetition: striking a healthy balance within firms | Coopetition World